NoiMondoTV

La webTV che parla la tua lingua

progetto cofinanziato da
Unione Europea Ministero dell'Interno
Fondo europeo per l’integrazione di cittadini di paesi terzi
facebook
twitter
YouTube

Femmes et Santé

En Italie, le centre de planification familiale est un lieu où sont garanties les premières formes d’assistance médicale et sociale. Le citoyen peut s’adresser au centre de planification familiale pour raisons de :

  • Contraception
  • Grossesse
  • Assistance après l’accouchement et aide à l’allaitement
  • Vaccinations pédiatriques
  • Interruption volontaire de grossesse
  • Conseils sur l’accouchement anonyme
  • Prévention des tumeurs
  • Education affective et sexuelle
  • Troubles alimentaires
  • Médiation familiale dans des situations de séparation et de divorce
  • Fertilité / infertilité
  • Famille d’accueil et adoption
  • Violence et maltraitance sur femmes et mineurs
  • Soutien aux couples ou aux familles qui vivent dans des conditions socio-économiques difficiles
  • Troubles psychologiques liés à certaines périodes de la vie (adolescence, grossesse, maternité, etc.)
  • Maladies sexuellement transmissibles
  • Ménopause
  • Conseil juridique

Le personnel du centre de planification familiale est formé par des intervenants spécialisés : médecins gynécologues, psychologues, obstétriciens, assistants sanitaires, assistants sociaux, avocats. Le centre de planification familiale est un service gratuit et ouvert à tous ; il travaille en collaboration avec l’hôpital et d’autres services locaux (écoles, mairies, associations).

 

En Italie, toutes les femmes ont le droit d’être soutenues pendant la maternité. Si une femme croit être enceinte, il lui est conseillé de s’adresser à son médecin traitant ou au centre de planification familiale le plus proche, où elle pourra bénéficier d’un programme spécial d’assistance à la grossesse, c’est-à-dire un parcours d’accompagnement jusqu’aux premiers mois de vie de l’enfant :

1 – Assistance pendant la grossesse : visites obstétriques, échographies, contrôles et examens, cours de préparation à l’accouchement et consultations légales pour les femmes qui travaillent.

2 -  Assistance à l’accouchement : assistance pendant le travail et l’accouchement, éducation et assistance à l’allaitement au sein et aux premiers soins du bébé.

3 – Assistance après l’accouchement : visites médicales post-partum (après l’accouchement)

Après l’accouchement, l’obstétricien délivre aux parents un certificat d’accouchement, nécessaire pour l’inscription du bébé au registre d’État civil.

L’inscription doit être effectuée sous dix jours à partir de la date de naissance auprès du service d’État civil de la commune, ou bien sous trois jours auprès de la direction sanitaire de l’hôpital.

Jusqu’à l’âge de six ans, les enfants bénéficient de la gratuité des consultations spécialisées, des analyses de laboratoire et d’autres examens à condition que les revenus familiaux ne dépassent pas le montant établi par la loi. Par ailleurs, en cas de graves difficultés sociales et économiques, il est possible de consulter une assistante sociale.

En Italie, certaines vaccinations sont obligatoires selon la loi : vaccin antidiphtérique, antitétanique, antipoliomyélitique, anti hépatite B ; d’autres vaccinations sont facultatives, mais fortement conseillées.

Il est conseillé de s’adresser au pédiatre ou au centre de planification familiale pour recevoir plus d’informations et une orientation adaptée.

N’oubliez pas qu’un enfant qui a déjà commencé un cycle de vaccinations dans son pays d’origine peut continuer celui-ci en Italie auprès d’un centre de planification familiale ou d’une structure de référence ; il est conseillé de s’y présenter avec le carnet des vaccinations déjà effectuées.

La loi italienne autorise l’interruption volontaire de grossesse dans les 90 jours suivants le début des dernières règles. Pour effectuer une interruption volontaire de grossesse (IVG), il faut s’adresser au centre de planification familiale : le gynécologue vous délivre ainsi le certificat nécessaire pour autoriser l’IVG. Ce certificat peut aussi être demandé à son gynécologue de référence, à son médecin traitant ou à un autre médecin spécialisé. Après avoir obtenu ce certificat, l’intéressée sera mise en contact avec les services hospitaliers de référence pour l’opération.

Juste après la naissance (dans les premiers jours), un des deux parents doit se présenter à l’ASL de la commune de résidence avec une pièce d’identité pour transmettre personnellement les données du bébé, qui sera inscrit au Service National de Santé. Le bébé recevra un numéro d’identification sanitaire, accompagné du nom du pédiatre choisi parmi la liste des médecins fournie par l’ASL au moment de l’inscription.

 

 

La loi italienne permet aux femmes d’accoucher dans l’anonymat (c’est-à-dire sans déclarer ses données personnelles et sans montrer aucun document) et de ne pas reconnaître l’enfant, en garantissant à celui-ci, en même temps, le droit à grandir dans une famille. L’accouchement dans l’anonymat n’est pas considéré comme un crime et n’est pas puni par la loi ou signalé auprès des organismes de police. Après l’accouchement, la mère peut laisser le bébé à l’hôpital et elle n’aura que 10 jours pour le reconnaître ; dans le cas contraire, l’enfant sera déclaré adoptable et il sera placé dans une famille d’accueil.

C’est un choix définitif et il ne sera pas possible de changer d’avis par la suite.

La correcte utilisation des méthodes contraceptives (qui évitent à la femme de tomber enceinte) permet d’éviter des grossesses non désirées et de décider, en pleine conscience et responsabilité, quand avoir un enfant.

Aujourd’hui, il est possible de choisir parmi différentes méthodes de contraception : le personnel de santé du centre de planification familiale peut vous aider dans le choix du contraceptif le plus adapté à vos besoins. Voici les dispositifs de contraception les plus connus :

a)-méthodes naturelles :

ces méthodes identifient la période de fertilité de la femme et peuvent être utiles pour les femmes qui veulent éviter une grossesse, ainsi que pour celles qui souhaitent tomber enceintes. La période de fertilité peut être calculée selon différentes méthodes, mais elles ne sont pas toujours fiables, surtout à cause du cycle menstruel variable chez les femmes ; pour cette raison les méthodes naturelles ne sont pas très efficaces en matière de contraception.

b)-pilule ou contraception hormonale :

la pilule bloque l’ovulation de la femme et modifie les fonctions locales de la glaire cervicale et des trompes. Elle est très efficace car elle permet d’éviter les grossesses non désirées, cependant elle ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles. Pour qu’elle soit efficace, il faut la prendre tous les jours.

c)-patch :

le patch peut être collé sur n’importe quelle partie du corps. Il doit être remplacé chaque semaine et il ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles.

d)-anneau vaginal :

l’anneau vaginal est fin, transparent et souple. Il est placé dans le vagin et doit être remplacé une fois par mois ; il ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles.

e)-préservatif masculin ou condom :

le préservatif masculin est une fine gaine en latex, qui se déroule sur le pénis afin de récolter le sperme et éviter que celui-ci rentre dans le vagin. Il protège le couple des maladies sexuellement transmissibles

f)-préservatif féminin :

le préservatif féminin est une gaine souple et résistante qui est posée dans le vagin avant le rapport sexuel afin de prévenir une grossesse ou des maladies sexuellement transmissibles.

g)-les injectables :

cette technique est une contraception par injection intramusculaire qui a lieu tous les 1, 2 ou 3 mois ; elle prévient la grossesse, mais ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles.

h)-le stérilet, ou dispositif intra-utérin 23 ou IUD (Intra-Uterine Device) :

il s’agit d’un petit objet en plastique inséré dans l’utérus par le gynécologue ; la femme ne perçoit pas la présence de l’objet. Le stérilet ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles.

Si vous avez eu un rapport sexuel à risque, vous devez immédiatement vous adresser à votre médecin traitant, au centre de planification familiale ou au service des Urgences pour une consultation médicale ou pour, éventuellement, la prescription de la contraception d’urgence. La contraception d’urgence, appelée aussi pilule du lendemain, prévient la grossesse après un rapport non protégé. Ce type de contraception ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles et ne provoque pas l’avortement si la femme est déjà enceinte.

La santé publique italienne conseille à toutes les femmes, italiennes et étrangères, d’effectuer des contrôles pour prévenir et dépister les tumeurs.

Des études cliniques ont mis en évidence que les tumeurs du col de l’utérus et du sein peuvent guérir si elles sont dépistées et soignées à temps.

Pour cette raison, il est important de s’adresser au centre de planification familiale et effectuer les examens suivants :

-le frottis de dépistage, tous les 3 ans pour les femmes de 25 à 64 ans, pour la prévention et le dépistage précoce des tumeurs au col de l’utérus ; le frottis de dépistage est un examen qui prélève des cellules provenant du col de l’utérus et qui seront ensuite examinées au microscope. La tumeur au col de l’utérus se développe très lentement et elle n’est pas visible avec une simple visite gynécologique. Elle peut ne provoquer aucun symptôme pendant un certain temps, mais elle est dangereuse si elle n’est pas dépistée et soignée à temps.

-la mammographie, chaque année pour les femmes de 45 à 49 ans et tous les deux ans pour les femmes de 50 à 74 ans, pour le dépistage précoce du cancer du sein ; la mammographie est un examen de radiographie des seins. De nos jours, les cancers du sein peuvent être détectés très précocement et il est possible de guérir sans subir d’ablation du sein.

Dans beaucoup de Régions, il est possible d’accéder gratuitement au dépistage pour la prévention de la tumeur du col de l’utérus ou du sein. Pour plus d’informations, veuillez vous adresser à l’ASL locale.

La ménopause est un passage physiologique qui indique, dans la vie d’une femme, la fin de l’âge fertile. La conséquence plus importante est l’arrêt définitif des règles.

La ménopause se produit habituellement entre 43 et 53 ans. Lorsqu’une femme entre dans cette étape, le squelette s’affaiblit et peut exposer la femme à un risque de fractures (ostéoporose), et le risque de maladies vasculaires et de cancers du sein augmente. Il est très important de contrôler ses conditions de santé en s’adressant au médecin traitant ou au centre de planification familiale.

 

La loi italienne condamne toute forme de violence, même de nature culturelle, qui peut porter atteinte à l’intégrité physique et psychique de la personne, y compris les pratiques traditionnelles nuisibles pour les femmes et les filles, comme le mariage précoce ou forcé et les Mutilations génitales féminines (MGF).

Les MGF consistent à ôter ou endommager tout ou partie des organes génitaux externes féminins. Il s’agit d’une pratique ancestrale qui est mise en œuvre pour des raisons d’ordre culturel, et non thérapeutique.

En Italie les MGF sont considérées comme un crime passible de prison. La loi n° 7 du 9 janvier 2006 prévoit une peine de détention de 4 à 12 ans pour toute personne qui pratique les mutilations en l’absence d’exigences thérapeutiques, et avec pour seul but celui de modifier les fonctions sexuelles de la victime ; la peine augmente d’un tiers quand la victime est une mineure. L’auteur est puni même quand l’opération est effectuée à l’étranger sur une citoyenne italienne ou étrangère résidente en Italie.

De nombreuses associations de femmes immigrées en Italie sont engagées dans des actions de prévention et luttent contre les Mutilations génitales féminines : elles soutiennent les femmes en réalisant des groupes de soutien mutuel et en facilitant l’accès aux services sociaux et médicaux. Pour ce type de problèmes, il est conseillé de s’adresser au centre de planification familiale.

LE 1522 – CONTRE LA VIOLENCE

Le 1522 est un numéro d’utilité publique gratuit, actif 24h/24 et 365 jours par an, présent sur tout le territoire national ; il fournit, dans plusieurs langues, un service d’accueil téléphonique spécialisé dans l’écoute et l’analyse des cas de violence.

Ce service fournit, en outre, des indications et une orientation pour l’accès aux centres contre la violence, aux services médicaux et sociaux, aux services de police et aux services sociaux du secteur privé, présents sur le territoire et dédiés à l’aide, à la protection et au soutien pour sortir de la violence.

Pour plus d’information, voici le lien du site :

http://www.pariopportunita.gov.it/index.php/numeri-di-pubblica-utilita-sezione/117-numero-verde-1522-antiviolenza-donna

Partners

Provincia PU
Comune di Fano
Caritas Diocesana
ass. Millevoci
CSV Marche
ass. MilleMondi
L'Africa Chiama
ass. NuovoOrizzonte
Apito
Comunità Montana
Logo Cremi

Iscriviti alla Newsletter